Lettre d'information du réseau Handicap :

Cinq questions à madame Michelle Joyaux, présidente de « Grands-Parrains »,

                                                               par Jean-Louis Fontaine, pour tessolidaire.com

->1) Madame Joyaux, vous êtes présidente et fondatrice de l’association « Grands-Parrains ». Pouvez-vous nous dire ce que veut dire « être grand-parrain (ou grande-marraine) » ?

Etre « grand-parrain » ou « grande-marraine » consiste à se comporter en grand-parent pour des enfants qui n’ont pas de grands-parents ou qui, s’ils en ont ne les voient pas souvent par suite de l’éloignement ou de problèmes familiaux, afin de nouer avec eux des liens affectifs et intellectuels comme avec de vrais grands-parents, grâce à des visites, des sorties, des vacances passées ensemble. Les grands-parrains sont souvent des personnes isolées, loin de leur propre famille et à qui l‘isolement pèse. Ils trouvent du réconfort dans le grand-parrainage. Le grand-parrainage est une incitation à mieux grandir et mieux vieillir. C’est une participation active à la fraternité et à la solidarité nationale.
Selon la définition proposée par l’OMS : « la santé environnementale comprend les aspects de la santé humaine, y compris ceux qui sont déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétique de notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations actuelles et futures » C’est une vraie « complémentaire santé » originale et gratuite !

->2) « Grands-Parrains » s’adresse maintenant également aux enfants handicapés : que pensez-vous que cela leur apporte ?

Cette relation apporte beaucoup aux enfants et aux seniors isolés. Les enfants handicapés sont souvent isolés par suite de leur handicap. Les grands-parrains en leur procurant des distractions, des visites, des sorties, contribuent à rompre cet isolement de manière agréable et intéressante. C’est un enrichissement intellectuel et un apport bienfaisant sur le plan affectif.
Les grands-parrains bénéficient également de cette relation affective et trouvent ainsi une ambiance familiale qui leur manque. Le grand-parrainage doit aider notre société à évoluer et faire reculer les égoïsmes.

->3) Être grand-parrain, ou grande-marraine d’un enfant handicapé : quel « intérêt » cela peut-il avoir ?

Etre grand-parrain ou grande-marraine d’un enfant handicapé apporte la satisfaction d’être utile à cet enfant de manière agréable, tout en partageant avec lui affection et joie. Les uns et les autres gagnent à cette relation. C’est un réconfort pour l’enfant handicapé contre l’exclusion dont il est souvent victime et, pour le grand-parrain, le plaisir de rendre service avec, en plus, un échange d’affection.

En synthétisant, grand-parrain apporte :
- Aux enfants : la génération manquante pour leur éducation et leur conception de la vie, par un complément d’affection, de repères sociaux, un soutien éducatif et culturel…

- Aux parents : un soutien permanent, notamment aux familles monoparentales
ou dissociées, en leur donnant le moyen de sortir de leur isolement par l’élargissement de leur cercle familial, de s’organiser des moments de « répit » .

->4) Vous avez engagé un certains nombre de partenariats : pouvez-vous nous en dire plus ?

Des partenariats ont été engagés avec l’association OLD’UP, avec L’OUTIL en MAIN ainsi qu’avec L’ADAPT qui met tout en œuvre pour conclure des grands-parrainages pour des enfants handicapés. Cette action est pilotée par Jean-Louis Fontaine, administrateur de « Grands-Parrains » et Dominique Ledouce, administrateur de L’ADAPT.

->5) Au 21ème siècle, le grand-parrainage a-t-il un sens ?

Le grand-parrainage a prouvé son utilité au 21ème siècle.
Autrefois, les familles étaient beaucoup plus regroupées et grands-parents, parents et enfants pouvaient se voir fréquemment et avoir de nombreux échanges affectifs et intellectuels.
Grâce au grand-parrainage, actuellement les enfants retrouvent une ambiance familiale semblable à celle qu’ont connue leurs parents quand ils avaient leur âge, ce qui leur apporte beaucoup.

Pour cela nous avons besoin absolument d’être soutenus financièrement, afin de mieux nous faire connaître au moyen d’un maximum de colloques locaux et d’informations par la presse. Grands-parrains peut être modélisé pour soutenir d’autres secteurs du bénévolat par exemple en participant à l’intégration de populations fragiles et isolées.

Le grand-parrainage contribue à faire renaître les valeurs de solidarité qui sont indispensables à notre société pour retrouver son équilibre. Avec « Grands-Parrains » l’humanisme n’est pas qu’un « slogan », c’est un comportement.

 

 


 

Grands Parrains et Petits Filleuls