La page d'accueil du site des Grands-Parrains et des petits filleuls ! Découvrir le grand-parrainage Les avantages d'être adhérent Les partenaires du grand-parrainage Nous contacter grâce au formulaire et à la carte interactive des associations locales découvrir la carte du grand-parrainage et la répartition des associations locales Retour à la page d'accueil En savoir plus sur les grands-parrains et les petits-filleuls
 

Grands-Parrains pour fêter ses 15 ans d’existence, 

a organisé  dimanche 26 mai 2013 à l’Haÿ les Roses, un colloque sur le lien intergénérationnel

 

 notre partenaire                          

 

Grands-Parrains par sa Fondatrice, Madame Michelle JOYAUX

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années » - certes - mais au-delà de cette citation bien connue (Pierre Corneille), j’aimerais l’enrichir, la faire grandir : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point ni ne compte le nombre des années ! »

Je vous remercie tous d’être venus aujourd’hui dans ce bel auditorium aimablement prêté par la municipalité qui nous soutient depuis 15 ans. Merci particulièrement à M. Pierre Coilbault notre maire, représentant également le Conseil Général du Val de Marne, qui nous honore de sa présence.

Je vous expose rapidement le fonctionnement de notre association à but non lucratif, à vocation nationale, apolitique et non confessionnelle. Elle fonctionne uniquement avec des bénévoles et a été créée en mars 1998. Le Siège social est à l'Haÿ les Roses. Quinze associations locales et une vingtaine d’antennes locales fonctionnent sur l’ensemble du territoire. L’ensemble du réseau, détaillé sur notre site internet www.grandsparrains.fr , poursuit les mêmes objectifs et applique les principes de la Charte Nationale du Parrainage. Les données recueillies sont centralisées au siège social.

Une partie des ressources provient des cotisations des adhérents, l’autre partie d’aides et de subventions

Dès le début, nous avons été soutenus par un comité d’honneur dont la Présidente est Madame Simone Veil et comprenant de nombreuses personnalités telles que Madame Ségolène Royale, Madame Bertinotti, Ministre déléguée chargée de la Famille, Madame Michelle Delaunay, Ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, Monsieur Eric Fiat , le Professeur Truelle … et bien d’autres.

Le grand-parrainage a pour but de mettre en relation des enfants en manque de grands-parents et des seniors désirant se comporter en grands-parents à leur égard. Il revêt plusieurs formes :

- grand-parrainage classique

- grand-parrainage de proximité, à temps choisi

- grand-parrainage épistolaire à but vacances

- grand-parrainage en fonction des centres d’intérêts

- grand-parrainage enfants handicapés

- grand parrainage au-delà des distances grâce à la visiophonie

- sans oublier l’arrière grand-parrainage.

Grands-Parrains, membre associé de l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales) et de la FNAR (Fédération Nationale des Associations de Retraités), a signé des partenariats avec l’ADAPT (association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées), l’Outil en Main (les artisans donnent de leur temps pour apprendre leur métier aux enfants), Old’Up (pour maintenir actives les personnes âgées), la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse)

En conclusion, le grand-parrainage permet de mieux grandir et de mieux vieillir, participe à la solidarité nationale en améliorant les liens intergénérationnels. C’est une complémentaire-santé originale et gratuite comme l’a dit un jour un de nos administrateurs, le Dr Lutzler. Et j’en terminerai comme je l’ai commencé, par une boucle entre tous les cycles de la vie : « Les âmes bien nées n’ont tout simplement pas d’âge » !

Tous mes remerciements et bonne journée à tous !

Michelle et Rémi JOYAUX

En ouverture, Monsieur Pierre COILBAULT – Maire de L’Haÿ-les-Roses et vice-président du Conseil général – dit tout le bien qu’il pense de l’association « GRANDS-PARRAINS » et des liens que tissent ses bénévoles « porteurs de temps différents et de valeurs fortes ». Après avoir souligné le travail accompli par l’association aussi bien en termes de rayonnement local que de développement national, l’élu élargit ses propos au rôle des associations dans la cité à un moment où les conditions socio-économiques nécessitent d’inventer « de nouvelles solidarités ».

Même souci de dynamiser la transmission entre jeunes et moins jeunes au cabinet de Madame Michèle DELAUNAY - Ministre déléguée des personnes âgées et de l’autonomie qui a accepté de patronner la journée. Son conseiller technique Monsieur Hervé DIAITE évoque la période-charnière que nous sommes en train de vivre. Il ajoute qu’à un moment précis où « la famille est en pleine évolution, le parrainage doit être l’un des axes de la politique du Ministère ». Objectif ? S’appuyer sur les seniors, leur capital de savoir-être et de savoir-faire pour créer ou recréer les conditions d’une « certaine forme de normalité dans la relation familiale ».

Qui dit quinze ans de travail associatif, dit forcément appui sur des réseaux et des partenariats. A ce titre, le soutien de l’Union nationale des Associations familiales – UNAF –, dont « GRANDS-PARRAINS » est membre associé, s’inscrit bel et bien dans un cycle de relations régulières et fidèles. La présence de Madame Jeanne-Marie TRANTOUL en témoigne.

De son côté, la présentation faite par Monsieur Emmanuel CONSTANS, Président de l’Association pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées - ADAPT –, montre que des nouvelles formes de parrainages sont toujours possibles. En effet, une Convention de coopération a été signée en 2010 entre l’ADAPT et « GRANDS-PARRAINS ». L’initiative est sur les rails. Reste à pérenniser par des actions concrètes.

Venu spécialement de Belgique, Monsieur Xavier VERBOVEN – Conseiller au Conseil économique et social européen – apporte une autre preuve tangible de l’intérêt pour les liens intergénérationnels. Comme celles et ceux qui l’ont précédé à la tribune, le représentant du CES européen note que le bénévolat pèse et pèsera de plus en plus lourd dans la balance de l’économie sociale. Sa prise de parole se termine sur une formule sans langue de bois : « La politique fait de plus en plus appel au bénévolat en période de crise ». Et ceci dans tous les pays de la communauté.

Crise ou pas, quand les philosophes sont inspirés, ils ont du talent pour jongler avec les concepts sans perdre de vue le sujet de la journée. Brillantissime exposé de Monsieur Éric FIAT - Maître de conférences à l’Université de Marne-la-Vallée – qui commence en citant l’écrivain André Gide et finit en commentant une toile de Rembrandt. L’universitaire parle du Christianisme et de ces « liens du sang qui font oublier les liens avec le prochain ». Il démontre que l’auteur de L’Immoraliste a raison d’écrire «Familles, je vous hais ! » puisqu’il vise les familles repliées sur elles-mêmes et non la famille en tant que premier repère de l’enfant. Si la « préséance du père ou de la mère biologique » va de soi, pour le philosophe tout être humain a besoin de liens extérieurs à sa famille d’origine, l’humanité tendant vers « une appartenance sans limite ». Toute la subtilité de l’éducation consiste donc à favoriser « l’attachement » sans sombrer dans « l’accaparement ». Ainsi un enfant aimé beaucoup-pas assez-trop ou pas du tout, ancré symboliquement dans une « maison » par nature « hétérogène » -[cave pour les provisions - grenier ‘pour les souvenirs]- ou un enfant laissé à l’abandon dans un « logement homogène » (c'est-à-dire clos sur lui-même), n’aura finalement qu’une seule façon de bien grandir : fuir ce que l’universitaire appelle « la haine normale » et se ressourcer. dans une famille qui échappe aux « tensions qu’on rencontre dans n’importe quelle famille ». CQFD ou belle démonstration que le parrainage aide à dépasser la notion de « lignée » (qui enferme) pour éprouver un sentiment « d’appartenance à l’humanité » (qui libère). La transmission intergénérationnelle mise en pratique chez GRANDS-PARRAINS semble donc éviter les « deux catastrophes que sont l’abandon et l’accaparement » en offrant un espace dans lequel l’enfant « n’aura pas besoin de s’opposer pour se poser ». Bénéfice secondaire non négligeable pour les seniors : le grand-parrainage possèderait des vertus rajeunissantes car Éric FIAT a remarqué que le visage de Saint Mathieu peint par Rembrandt est nimbé d’une « étrange lumière cuivrée » qui fait paraître le vieillard beaucoup plus jeune que l’ange à ses côtés.

Sans transition, passons de la peinture des Saints à celle de la société. L’exposé de Monsieur Richard DELAYE - professeur à l’I.G.S. - développe une théorie des comportements générationnels. Exemple ? La solitude de la génération Facebook – « ne pas oublier que la solitude a été décrétée grande cause européenne », signale l’orateur… – coïncide avec l’isolement de beaucoup de seniors. Entre les deux bouts de la chaîne, une succession de générations que l’intervenant baptise « X », « Y », « Z ». Chacune de ces générations a ses codes qui démodent de plus en plus rapidement ceux de la génération qu’elle suit. Comme le rythme s’accélère, comme l’économie va mal et, comme tous les papy/mamy-boomers ne sont pas encore à la retraite, les « X, etc. » devraient en vouloir à leurs aînés de leur avoir légué un monde dans lequel ils gagneront moins d’argent que leurs parents, tout en ayant eu l’illusion d’être nés enfants-rois. L’intervenant appelle ceci « l’effet Dolto » et espère « la réhabilitation de la frustration » pour que les bébés d’aujourd’hui ne deviennent pas « les dictateurs de demain ». Rôle des GRANDS PARRAINS dans tout ça ? « Bonté, stabilité » et quelque chose d’inattendu : « Transmettre un champ lexical ». Pourquoi ? Parce qu’il paraît qu’hier les enfants maniaient sans effort 2 500 mots, alors qu’aujourd’hui ils en utilisent environ 500. Le parrainage comme aide à s’exprimer dans un langage précis ? Pourquoi pas, quand on considère la longue histoire du parrainage...

D’histoire, il en était question dans l’exposé que devait faire le Docteur Françoise FLAMANT, pédiatre cancérologue. Un programme minuté, des orateurs qui débordent leur temps de parole, voilà comment et pourquoi tout ce qu’avait écrit cette grande dame n’a pu être dit. Dommage, car il s’agissait tout simplement de faire le point sur les quinze ans d’activité de GRANDS-PARRAINS. Quinze ans de travail acharné, avec ses joies, ses succès, ses difficultés aussi. Le Docteur Flamant voulait parler notamment des demandes de parrainages non satisfaites - « 180 enfants en attente » -, du mal qu’a l’association à trouver des grands-parrains hommes, ou encore du vieillissement des associations et du besoin de sang neuf.

En soi, le parrainage n’est pas une idée originale. Dès les débuts de l’ère chrétienne, ce type d’engagement existe, comme le démontre avec ferveur Madame Sophie HASQUENOPH - Maître de Conférences en Histoire à l’université Lille 3. Intitulé de son exposé ? « Le parrainage à travers l’histoire »… ou la preuve que l’association GRANDS-PARRAINS s’inscrit dans une « tradition ancienne et universelle » puisqu’au Moyen-âge chaque baptisé a plusieurs parrains-marraines. Leurs missions ? Assurer la « transmission spirituelle » (valeurs morales et religieuses), la « protection matérielle » (ils jouent la fonction de tuteurs). En clair, le parrainage a une fonction « sociale et psychologique ». La relation qui se noue dans ce lien extérieur vise non seulement à pallier les carences de la famille des filleuls (décès d’un parent, remariages avec un beau-père ou une belle-mère maltraitant, famines, etc.), elle est également un moyen de préparer l’avenir des filleuls sur le plan matériel. A signaler que les parrains-marraines offrent des cadeaux utiles qui marquent les étapes de la vie d’un enfant : 7 ans âge de raison, 12 ans âge de la Communion. Authentique « soutien de famille », le parrainage est fantasmé dans les contes de fées. Dans « Cendrillon » de Perrault (publié à la fin du XVIIe siècle), une marâtre réduit en esclavage sa jeune belle-fille et dans « Peau d’âne » de Grimm (publié sous Louis XV) une enfant est confrontée aux avances incestueuses de son père. Dans les deux contes, l’histoire finit bien grâce à des « bonnes fées marraines qui rétablissent l’ordre social », pour reprendre les termes de l’historienne qui montre ainsi que GRANDS-PARRAINS écrit une belle histoire.

Retour au présent !... A ce titre, l’intervention de Madame Marie-Laure DIMON s’inscrit à la fois dans une perspective de réflexion et dans une dynamique d’expérience. Son vécu de praticienne, confrontée à « l’organisation complexe de la famille et aux nouveaux liens familiaux », l’amène à côtoyer une diversité de situations. « Faire famille aujourd’hui ne va pas de soi », dit-elle. On se marie sur un coup de cœur, quand le cœur bat moins vite, on se quitte... Décomposition, recomposition, demi-frères, demi-soeurs, nouveaux compagnons de la maman ou du papa, familles monoparentales, impossible de jouer au jeu des sept familles avec les mêmes cartes qu’autrefois. Cette multiplicité des fluctuations de la structure familiale « demande à chacun d’avoir une approche plus fine dans la compréhension de ces familles », précise la psychologue. Dans tous les cas, la souffrance affective née d’un sentiment d’isolement se trouve apaisée par l’arrivée d’un tiers attentif qui saura « instaurer le dialogue avec un autre adulte pour parler de son enfant », « apporter à l’enfant un espace de réflexion et d’affection », autrement dit aider à retrouver de la confiance dans l’avenir. Femme engagée depuis bientôt deux ans dans l’aventure des GRANDS-PARRAINS, Madame Dimon apporte ce qu’elle appelle « une réalité extérieure autre, un autre angle de vue » à une petite fille élevée uniquement par sa maman. Ce qu’elle donne à cet enfant lui est largement rendu et elle le résume joliment : « Nous recevons un échange relationnel stimulant et sensible qui vient chercher en nous cette capacité à rire, à s’étonner, à s’émouvoir dans ce temps de l’essentiel que senior et enfant ont en commun ».

Ce témoignage sensible fait écho aux propos du Professeur Jean-Luc TRUELLE - Neurologue à Garches - venu parler le matin de « ces 10% de handicapés petits-filleuls potentiels en attente de GRANDS-PARRAINS ». « Ils attendent ce parrainage plus que d’autres », insiste le Professeur qui définit le handicap en des termes de « confrontation d’une personne avec son environnement ». La définition fait réfléchir car bien des points communs existent entre les personnes âgées et les handicapés. Les uns comme les autres « gardent une sensibilité, ils éprouvent des émotions, des affects », seul l’environnement les contraint à ne pas (ou plus) pouvoir vivre la vie dont ils rêveraient. Le Professeur illustrera ses propos d’un récit : celui de la jolie rencontre entre un oncle de 86 ans et une jeune femme handicapée vivant en foyer d’accueil médicalisé. Le vieux monsieur offre une « renaissance » à la jeune femme qui lui a donné en retour l’envie de l’emmener au Musée, de discuter et même de faire une escapade dans le Val-de-Loire. Décidément, le grand-parrainage fait bouger…

A la fin du Colloque, des témoignages spontanés ont jailli des rangs de l’auditoire. Un papa et ses deux enfants, fiers d’être là avec leur « grande-marraine » qu’ils aiment comme une mamy. Un jeune couple, venu demander un grand-parrainage pour leur enfant. Plein de petites graines de solidarité intergénérationnelle germeront sans doute et Michelle JOYAUX-NORTH – la Présidente-Fondatrice de l’Association GRANDS-PARRAINS – peut être légitimement fière du « beau chemin » parcouru en quinze ans.

Marie CHAPUS Secrétaire Générale Adjointe de GRANDS-PARRAINS

 

... suite, l’association «  GRANDS PARRAINS » fête l’avenir

Après avoir passé la matinée à l’Auditorium de l’HAY LES ROSES, laquelle s’est terminée par un discours du Dr FINEZ-KHAN, généraliste. Michelle JOYAUX ainsi que les bénévoles avaient organisé dans la salle familiale voisine un déjeuner partagé, avec de nombreux convives qui n’ont eu de cesse de commenter les discours des orateurs, d’un très haut niveau.

Nous retrouvons « Le Beau Chemin » l’après-midi, pour suivre la présentation de l’Association Grands-Parrains.  Madame Sophie HASQUENOPH, historienne, maître de conférences à l’Université de Lille 3, nous a dit « quelques mots sur l’histoire du parrainage  depuis le Moyen Age », ce qui a suscité beaucoup d’intérêt.

Le Docteur Pierre LUTZLER, Gérontologue, a fait une démonstration de l’utilisation des systèmes de visiophonie, « l’avenir du lien à travers la distance ». L’assemblée enthousiaste a ainsi pu assister à une conversation avec son fils, par SKYPE.

Juste avant le goûter d’anniversaire, des témoignages spontanés ont jailli des rangs de l’assemblée, adressés à la Présidente-Fondatrice pour lui expliquer le déroulement de leur grand-parrainage, lui exprimer leur reconnaissance et la remercier du grand bonheur d’avoir pu reconstituer le maillon manquant à leur famille. Des grands-parrains et des petits-filleuls se sont également exprimés….

Une grande-marraine a exposé les débuts de ses deux grands-parrainages d’enfants handicapés … Une autre a donné des détails sur ses activités avec sa petite-filleule … Deux familles présentes ont conclu un grand-parrainage …

Le colloque a été clôturé par Maître Jacques BROUILLET et Madame Michelle JOYAUX-NORTH qui a eu du mal à retenir ses larmes en entendant la ferveur de sentiments de parents qui ne trouvaient plus leurs mots pour remercier l’Association GRANDS-PARRAINS, pour le bonheur apporté aux deux familles (grands-parrains, parents et petits filleuls).

Le Président de l’association « Savoir-faire de nos Anciens », adhérente de la Maison des Associations Culturelles de l’HAY LES ROSES, a offert un spectacle de danses qui nous a transportés  au Centre de la France, en costumes d’époque et musique locale. Ce spectacle a été très applaudi.

Une tombola a fait des heureux.

Pour terminer cette merveilleuse journée, ensoleillée, animée par Madame LEON MICHIELS, Présidente de la Compagnie Théâtrale du Moulin, adhérente de la MAC, nous nous sommes retrouvés (plus de70 personnes) dans une ambiance chaleureuse pour déguster de délicieux gâteaux offerts par un couple de bénévoles,  accompagnés de cidre, pour fêter le 15ème anniversaire de GRANDS-PARRAINS.

 

Toutes les félicitations sont allées vers Michelle JOYAUX-NORTH ainsi que vers REMI son mari. Ceux-ci ont  remercié les bénévoles de l’Association qui ont donné de leur temps et de leur cœur, pour réussir cette BELLE JOURNEE,  et ainsi prouver leur attachement à l’association et à leur Présidente.

Un merci tout particulier à Mesdames Joëlle BROUSSE, Francine HUG et Nicole MOLLON.

 

 

Michèle Dubois, une mamie de cœur pour le jeune Landry

 

 

 

Geneviève Laroque nous a quitté. 

Nous lui rendons hommage et publions ici son interview avec Michelle Joyaux

 

Il y a quelques temps nous nous étions entretenus avec Geneviève LAROQUE, Présidente de la Fondation Nationale de la Gérontologie,  Voici cette interview

 

Chère Geneviève

C'est un vrai bonheur à chaque fois que je vous rencontre de vous voir en pleine forme. Cela réjouis mon cœur car nous avons  tous besoin de profiter de vos conseils et de vos encouragements et donc de  votre connaissance des rapports humains !

 

Merci de nous dire ce que  vous pensez des actions que nous menons à grands-parrains pour apporter du lien, souvent à quatre générations, du fait de l'augmentation de la durée de la vie ? Que souhaiteriez-vous nous voir mettre en œuvre ?

 

Réponse de Geneviève Laroque à Michelle Joyaux


Les grands Parrains, Grandes Marraines et leurs Petits Filleuls se portent fort bien depuis bientôt trois lustres.


Ils ont diversifié leurs activités mais cela reste, heureusement, la même activité - et cela tombe bien en 2012 : vivre un vieillissement actif et vivre la solidarité entre générations.

Se rencontrer quand on en a envie, se rencontrer à heures et dates précises, se rencontrer directement, par téléphone, par écrit, l'écrit adressé par poste ou électroniquement. Se rencontrer dans son village, son quartier, sa ville, se rencontrer de loin, dans une autre ville, dans un autre pays -quelle aventure. Se rencontrer  pour jouer, admirer, construire, apprendre (et celui qui apprend le plus n'est pas toujours le plus jeune), faire, ne rien faire, écouter, regarder, goûter, sentir et câliner.

Se rencontrer pour, à la fois, découvrir l'inconnu, trouver de nouvelles intimités, pour mieux grandir et pour mieux vieillir, puisque Grandir-Vieillir, à tout âge, c'est vivre et il n'est jamais trop tard, j'en demande pardon au poète, il n'est jamais trop tard pour apprendre à vivre.

Jouer à saute-mouton avec les générations. Celle-ci a un grand parrain jeune retraité suractif avec lequel faire du sport, de grandes balades dont on revient un peu essoufflé et très affamé. Celui-là échange avec une « très vieille Arrière Grande Marraine » une correspondance très
littéraire - et ils se corrigent réciproquement les négligences de style ou d'orthographe. Tel autre ne connaissait même pas les monuments de sa ville et c'est Grands Parrain et Marraine qui les montrent, régulièrement, une fois par mois, avant d'aller goûter ensemble. On pourrait énumérer longuement les actions, les activités. Que proposer de plus ?

Développer peut être davantage les contacts électroniques : cela permet de « mobiliser » des « immobiles » ceux qui bougent difficilement leur corps mais bougent volontiers leur cœur.

Réinventer peut être aussi, dans un réseau de GP et PF ( !) les cahiers tournants de ma grand-mère : cahier épistolaire qui tournait dans le groupe, chacun y ajoutait sa page, son commentaire, son grain de sel et celui à qui arrivait le cahier plein pouvait le conserver et devait en lancer un nouveau. On combine ainsi les relations individuelles entre Grands Parrains et Petits Filleuls et l'appartenance à des groupes plus larges : la socialisation des uns et des autres ne peut qu'y gagner.

L'idée a déjà été lancée de parrainer en vue de formation-emploi-insertion sociale et professionnelle : à développer sûrement

Inventer le grand Parrainage à l'envers : c'est le plus jeune, l'adolescent qui va parrainer (visites, téléphone, courrier...) un Filleul-Aîné.

Et je manque d'idées, émerveillée que je suis par tout ce qui a déjà été imaginé.

Les solidarités entre générations sont démontrées chaque jour par les Grands-Parrains et leur Petits-Filleuls avec le saute-mouton générationnel. Mais n'oublions pas qu'on ne saute pas par-dessus la ou les générations « intermédiaires » celles des parents ou des grands parents sans s'intéresser à eux mais que la chaleur affective, les échanges de savoir et de plaisir, les apprentissages du vivre-ensemble développés par la relation privilégiée GP-PF leur bénéficie aussi, directement ou indirectement et c'est très bien comme ça.

 

 

Une éthique et une philosophie qui sécurisent les familles du grand-parrainage

Trois formules de  Grand-Parrainage

Nos références

Le parrainage d'enfants est une pratique sérieuse, qui doit s'effectuer avec la plus grande prudence car il implique des personnes fragiles qui recherchent un soutien. Avant d'envisager une mise en contact avec leur petit-filleul, les grands-parrains doivent justifier de leur moralité en fournissant un extrait de casier judiciaire et doivent présenter un certificat médical qui atteste de leur aptitude à s'occuper d'un enfant.

Nous sommes une association (loi de 1901) et à ce titre, ne recherchons pas le profit. La cotisation annuelle* est la seule dépense obligatoire pour pouvoir prétendre à un grand-parrainage ou pour inscrire ses enfants : 35€ de cotisation annuelle pour un grand-parrainage de proximité et 15€ pour un grand-parrainage épistolaire avec un enfant.

Ces démarches dûment effectuées, le grand-parrainage peut commencer sous l'œil vigilant de l'association qui effectue un suivi rapproché en recherchant toutefois la spontanéité des grands-parrains et des familles de petits-filleuls.


 

Des nouvelles de Nour Chanouha notre petite Libanaise :

 

 

Voici une photo que j'ai prise lors de mon séjour à Vienne. Je suis allée avec des choristes de mon école . Nous avons passé d'agréables moments....et le concert que nous avons présenté était merveilleux!

Il existe autant de grand-parrainage qu'il existe de personnes, cependant, il est possible d'en dégager trois catégories :

  1. Le grand-parrainage Classique de Proximité est le plus connu car c'est aussi celui qui remporte le plus de succès, où grands-parrains et petits-filleuls qui sont dans une zone géographique proche, peuvent se rencontrer avec ou sans les parents, librement, et selon la fréquence qu'ils souhaitent.



  2. Le grand-parrainage Épistolaire Vacances, conçu pour les grands-parrains et les petits filleuls qui ne disposent pas d'assez de temps pour le grand-parrainage classique, mais s'écrivent régulièrement et se rencontrent en profitant des vacances scolaires.



  3. Le grand-parrainage Épistolaire Francophone connaît également un grand succès auprès de nos adhérents. Nous recevons de nombreuses demandes, parfois de personnes qui sont déjà engagées dans un grand-parrainage classique de proximité. Ce grand-parrainage instaure une correspondance entre nos adhérents et des enfants d'écoles francophones entre autres au Liban et au Cameroun.


    N.B. À la réception de votre dossier dûment rempli, nous rechercherons dans notre base de données de grands-parrains et de petits filleuls celui que nous pensons correspondre à vos attentes afin de commencer votre grand-parrainage sur de bonnes bases. Bien sûr, il vous est toujours possible de changer de catégorie de grand-parrainage si vous le souhaitez.

L'association GRANDS-PARRAINS et Petits-Filleuls est :
  • Premier Prix du concours National "Atout Soleil" 2010 de Générali.
     

  • Adhérente à la "Fédération Nationale des Associations de Retraités" FNAR

  • Lauréate 2001 de la "Fondation AG2R Safir" pour une retraite heureuse. Cette fondation est placée sous l'égide de la Fondation de France

  • Lauréate de la "Fondation du Crédit coopératif", prix et trophées de l'initiative

  • A  reçu l'agrément "Jeunesse - Éducation Populaire" sous le n° 94-03-JEP 003 du ministère de la Jeunesse et de l'Éducation Nationale

  • Membre du "Réseau Européen des Organisations de Parrainage ENCYMO"

  • Agrée en qualité de membre associé depuis le 9 avril 2005 de l' UNAF (Union Nationale des Associations familiales).

La charte officielle du parrainage

Le grand-parrainage en 6 étapes

Quelques articles sur Grands Parrains

Grands-Parrains propose du parrainage de proximité entre des enfants et des seniors et a contribué à l'élaboration d'une charte officielle du parrainage qui a fait l'objet d'un arrêté du Garde des Sceaux et du Ministre Délégué à la Famille en date du 11 août 2005 (publication au Journal Officiel du 30 août 2005).  Grands-Parrains travaille pour SÉCURISER LES FAMILLES ET LES GRANDS-PARRAINS.

   >> Consulter la charte <<


Avant de pouvoir devenir grand-parrain ou grande-marraine ou de pouvoir présenter son enfant comme petit-filleul, il y a un certain nombre d'étapes :


1. Demande :
les parents des enfants intéressés et les éventuels grands-parrains effectuent une demande auprès du siège, du correspondant local ou de l'association locale.


2. Dépôt d'un dossier : envoi d'un dossier comportant des informations, demandées par l'association sur leur situation et leurs motivations. Les futurs grands-parrains doivent notamment justifier de leur moralité et de leur aptitude physique et mentale à recevoir un petit-filleul.

3. Rencontre des demandeurs par l'association organisée avec un bénévole, en principe le correspondant local.

 

4. Mise en relation : après étude de ce dossier, la "Commission de Grand-Parrainage" propose une mise en relation aux parents et aux éventuels grands-parrains.

 

5. Première rencontre : si le principe est accepté, les coordonnées respectives des uns et des autres sont fournies pour une première rencontre.

6. Le suivi : des conseils sont donnés pour le début et la suite de la relation, mais l'association s'efforce de laisser la relation s'organiser à l'initiative des deux parties puisqu'il s'agit d'un engagement de gré à gré dont les parents définissent les conditions et la durée dans l'intérêt de l'enfant. Le point est fait périodiquement, des contacts sont pris pour suivre le développement du grand-parrainage, afin de conseiller parents et grands-parrains, lorsque des ajustements sont nécessaires.

Avis de recherche de grands-parrains et de petits-filleuls

Les passeurs de bonheur

Rémi et Michelle Joyaux, fondateurs de GRANDS-PARRAINS

À la recherche de grands-parents de cœur

Océane, 10 ans, graine de championne 
Dernier communiqué de presse : cliquez ici
Modernisation de Grands-Parrains

Grand-Parrainage épistolaire

Business et solidarité, attention danger !

Grand-Parrainage enfants handicapés